Les vitamines du désir

La libido dépend de l’état psychique général d’un individu alors que tonus et performances sexuelles sont liés à son état physiologique. Nous proposons dans ce blog des recettes qui  agiront sur l’un et l’autre de ces états. Elles sont créées à partir d’aliments qui, par leur analyse nutritionnelle — vitamines, nutriments, acides aminés, acides gras mono-insaturées et poly-insaturés — nous informent qu’ils sont d’évident « booster »  de sexualité grâce à l’action qu’ils auront sur la santé cardio-vasculaire et sur l’humeur d’un individu. Nos recettes exercent une action sur la souplesse des artères et la fluidification sanguine — afin d’irriguer comme il se doit les organes reproducteurs masculins et féminins — et une action sur l’humeur en agissant sur les hormones et les neurotransmetteurs (dopamine, sérotonine).

De plus la consommation de ces ingrédients renforcera la séduction par l’action qu’ils auront sur la peau. Plusieurs études tendent à confirmer que c’est cette dernière, son éclat, sa couleur, qui est le premier critère de sélection entre individus qui souhaitent avoir une relation.

La dysfonction érectile est une des vrais angoisses masculine. Les hormones peuvent en être la cause mais c’est souvent l’hygiène de vie (tabagisme, alcoolisme, stress, sédentarité…) qui par les perturbations sur le système cardio vasculaire qu’ils engendrent ne permettent pas une bonne irrigation des organes reproducteurs. La mécanique du sexe ne peut bien fonctionner qu’avec une irrigation sanguine de qualité. Par ailleurs la testostérone, l’hormone virilisante,  baisse chez l’homme dès les trente ans, entrainant progressivement une baisse de libido et la transformation progressive du corps —perte de cheveux, moins de muscles, du ventre, des seins à la place des pectoraux, des suées nocturnes. Mais le problème n’est pas seulement hormonal et ne concerne pas uniquement les plus de 40 ans puisqu’on estime qu’un homme sur quatre auraient des problèmes érectiles avant quarante ans. Certes de quarante à soixante dix ans ils seraient entre 30% et 50% au delà de 70 ans c’est 90%. Il y aurait actuellement dans le monde 152 millions de personnes concernées. Les projections en annoncent 322 millions d’ici 2025.

Les femmes aussi son concernées par le dysfonctionnement sexuelle. Il faut rappeler que l’organe reproducteur féminin subit pendant l’acte sexuel une activité érectile, du clitoris et des parois du vagin. Une bonne irrigation sanguine augmentera la sensibilité et donc la jouissance.

La perte de désir sexuel touche une femme active sur quatre. La science démontre que la perte de libido chez la femme est directement liée à la chute de testostérone totale, de testostérone libre et de sulfate de déhydroepiandrostérone (DHEA-S). Les œstrogènes chutent aussi mais ils ne sont pas seuls responsables de la perte de désir. Cette baisse hormonale féminine mêlée au stress et au quotidien, sont fatales pour la libido.

Les études statistiques concernant le désir féminin sont rares ce qui ne veut pas dire qu’il n’y a pas de dysfonctionnement du plaisir féminin à tous âges. La preuve en est qu’un mouvement existe pour qu’une pilule féminine du type Viagra soit développée par les laboratoires pharmaceutiques. Le problème ne concerne pas que les femmes ménopausées puisque selon une étude de l’IFOP datant de 2014, 79 % des femmes interrogées affirment avoir eu du mal à atteindre l’orgasme au cours des 12 derniers mois. Seules 33 % d’entre elles affirment avoir atteint la jouissance. 6 % seulement déclarent avoir un orgasme chaque jour, 1/4 seulement parviennent à l’orgasme une fois par mois. D’après cette étude les plus touchés hors mis les personnes âgées sont les jeunes de moins de 25 ans , les cadres, les professions intellectuels et les personnes en surpoids.

Pour retrouver ou renforcer la plénitude sexuelle, nous choisissons de proposer des recettes à base de produits naturels que l’on trouve chez son commerçant sans ordonnance. Certes elles ne pourront pas empêcher l’inéluctable, ne pourront pas se substituer à une pratique médicamenteuse à base de compléments alimentaires ou de pilules de toutes les couleurs, mais elles viendront complémenter au quotidien les apports dont notre corps à besoin pour que les organes reproducteurs fonctionnent de façon optimale et après tout rien n’interdit de mettre toutes les chances de notre côté.

Pour ceux qui émettraient des doutes sur les capacités réelles de ces aliments à améliorer leur libido, je leur rappellerai qu’ils se lèvent tous les matins pour aller boire un café au bistrot du coin afin de se réveiller et que si l’être humain connait et pratique, depuis les Grecs anciens, les Romains, les Egyptiens, les Incas, l’usage des plantes, des légumes, des céréales, des épices, qu’il a fait la guerre pour les posséder, c’est bien que leurs pouvoirs ont été validé par plusieurs générations, sans recours à des preuves scientifiques qui n’existent que depuis la seconde moitié du XXeme siècle et qui confirment par ailleurs les vertus de ces dernières.

Les recettes de cuisine sans être aphrodisiaques au sens commun du terme viseront:

– de la souplesse au niveau des artères afin d’optimiser l’irrigation des organes sexuels

– de la stimulation au niveau des neurotransmetteurs et des hormones du cerveau —dopamine, sérotonine, ocytocine afin de mettre l’individu dans la bonne disposition d’esprit.

– de l’équilibre hormonale testostérone, œstrogène, progestérone — afin de contrôler le stress véritable tueur de désir.

Nous avons identifiés plusieurs vitamines, nutriments, acides aminés qui répondent à notre recherche:

Vitamine A
Diminue la synthèse des oestrogènes et augmente la synthèse de la progestérone. Indispensable donc pour réguler les hormones chez l’homme et la femme. Sautes d’humeur, fatigue, moral en dents de scie… Tout cela serait dû aux hormones. De plus la vitamine A participe à la beauté de la peau. Attention si l’on est gros fumeurs ne pas prendre de compléments à base de vitamine A ou de bêta-carotène car des études semblent confirmer qu’il y aurait un risque accru de développer un cancer du colon. L’apport en vitamine A par voie alimentaire ne pose pas de problème.

Vitamine E
Elle est répertoriée comme la « vitamine du sexe ». Elle a fait la preuve de sa capacité à lutter contre la dysfonction érectile. Il faut s’assurer qu’aucune carence en vitamine E n’interfère pas avec notre sexualité. Selon des chercheurs, si la dysfonction érectile est liée à une maladie cardiovasculaire, la vitamine E peut avoir un effet positif sur les vaisseaux sanguins des organes reproducteurs. Plusieurs grandes études ont prouvé que les suppléments de vitamine E diminuent le risque d’attaque cardiaque.

La vitamine C
De même, la vitamine C est aussi recommandée pour le maintien des fonctions sexuelles normales et des fonctions de reproduction pour les deux sexes. Chez les hommes cette vitamine aide à réduire le mauvais cholestérol dans le sang et améliore aussi la circulation sanguine. Pour la même raison, une carence en vitamine C entraîne souvent une diminution du fonctionnement des organes sexuels. Quand le niveau de vitamine C est rétabli dans le corps, tous les organes impliqués dans la reproduction deviennent plus sains et la fertilité augmente chez les hommes

Les complexes de vitamine B
Les vitamines B aident à réguler les organes sexuels. Le taux de vitamine B dans le corps est en corrélation avec la quantité d’hormones libérées. Une carence en vitamine B peut conduire à la léthargie et à la fatigue. Plus de fatigue signifie moins de désir. Chaque vitamine B spécifique offre au corps quelque chose de différent pour votre état de santé général. La meilleure fonction sexuelle du complexe de vitamine B, c’est qu’il contrôle la libido. Il ne faut jamais oublier que, quelque soit le renforcement de la sensibilité de la zone pelvienne grâce à la circulation sanguine, cela ne servira à rien sans désir sexuel.

Vitamine B3 source de plaisir
Cette vitamine est indispensable pour transformer les aliments en énergie. Mais surtout, elle amplifie les sensations et la sensibilité aux stimulations sexuelles. La vitamine B3 est indispensable à la synthèse des hormones sexuelles et des neuro-transmetteurs. Elle joue un rôle dans la formation des globules rouges et la circulation sanguine. Elle favorise la dilatation ciblée des vaisseaux sanguins nécessaires aux organes reproducteurs. De plus, elle favorise la production d’histamine, une substance qui participe à la sensation apportée par l’orgasme. On en retrouve dans les céréales complètes (blé, riz…), le jaune d’oeuf, les poissons, les légumes secs, les germes de blé.

Vitamine B6, source d’envie
La vitamine B6 est le chef de la gestion des acides aminés, éléments qui forment les protéines et certaines hormones. Elle interagit, avec le métabolisme hormonal en augmentant la synthèse de progéstérone, en faisant baisser les œstrogènes. Elle est nécessaire au bon fonctionnement de l’appareil reproducteur masculin car elle intervient dans la spermatogenèse. Pour les hommes à faible numération de spermatozoïdes, la vitamine B6 aide à en augmenter le taux. De plus elle agit sur l’équilibre psychique principalement sur les neurotransmetteurs comprenant la Sérotonine, la Mélatonine et la Dopamine.
On en retrouve dans la levure de bière comme beaucoup de vitamines, mais aussi dans les germes de blé et les céréales, ainsi que dans les choux, la viande, les abats, la volaille. L’apport journalier recommandé serait entre 1,5 à 1, 8 mg par jour et ne doit pas dépasser les 5 mg.

Vitamine B9
La vitamine B9 (aussi appelé acide folique) favorise la production d’histamines qui provoquent notamment le relâchement de l’utérus ce qui joue un rôle au moment de l’orgasme féminin.  La vitamine B9 est nécessaire au bon fonctionnement du système nerveux central. Elle intervient dans la synthèse de neurotransmetteurs tels que la Sérotonine. Cette dernière agit comme un neurotransmetteur qui gère au niveau du système nerveux central, l’humeur, la satiété, le sommeil et la douleur. L’acide folique aussi appelé vitamine B9 serait d’après plusieurs études bon pour lutter contre le cancer du sein, du pancréas. Il est indispensable d’en consommer pour les femmes enceintes en début de grossesse.

Le Zinc
Avec ce minéral essentiel la testostérone et les spermatozoïdes sont en hausse. Cet oligo-élément aide également les cellules de votre corps à communiquer en fonctionnant en tant que neurotransmetteur. Consommer trop de ce minéral peut perturber l’absorption du cuivre et du fer, mais aussi créer de grandes quantités de radicaux libres nuisibles. L’apport nutritionnel recommandé (ANR) en zinc est de 15 mg par jour, ce qui aurait un effet bénéfique sur la prostate.
En cas de déficience en zinc, la majorité des enzymes et des hormones fonctionnent mal. Les meilleures sources sont les fruits de mer (surtout les huîtres), les graines de courges, les viandes, les volailles, le jaune d’oeuf. Il est particulièrement concentré dans les muscles, les os, les yeux, la prostate et le sperme.

En plus des vitamines nous nous concentrerons sur certains nutriments qui agissent tant sur la prostate de l’homme obligatoirement tonique pour une bonne fonction érectile, que sur la sensibilité clitoridienne de la femme ou encore les hormones des deux sexes.

Les béta-carotène ou caroténoïde : Le plus connu le lycopène, contenu dans la tomate, le poivron rouge, la pastèque, la papaye, la betterave—tous les fruits et légumes à chair orangée ou rouge—est isolé depuis le XIXe siècle par un chercheur mais ce n’est que depuis les années 1990, grâce aux industriels de produits à base de tomates, que l’on sait qu’il aurait des vertus pour prévenir le cancer de la prostate. C’est aussi un puissant antioxydant qui contribue à protéger les cellules de notre corps contre les attaques. Les études chez l’humain ont montré que le lycopène serait également un anticancéreux de la prostate, du colon, du sein, du poumon, de l’endomètre, du pancréas, de la vessie, et de la peau.

Le magnésium
Il est principalement utile pour la prostate à cause de son effet vasculaire. Il semble jouer un rôle important dans la fonction des cellules qui tapissent l’intérieur du cœur et des vaisseaux, dans la vasodilatation et dans la santé vasculaire en général.

Le sélénium
C’est un élément nécessaire à la fertilité masculine. Quand un homme manque de sélénium, la qualité de son sperme diminue : ses spermatozoïdes sont moins nombreux et peu mobiles. Le sélénium est un élément essentiel dont l’apport journalier maximum recommandé est de 0,45 mg, mais nous pouvons en avoir trop. Au-dessus de cette quantité, nous risquons un empoisonnement au sélénium

Les isoflavones , des phyto œstrogénes, sont des molécules d’origine végétale. Une fois ingérées, elles agissent dans l’organisme un peu à la manière des hormones naturelles que sont les œstrogènes. Voilà pourquoi on les nomme phytoestrogènes. Ils agiraient sur les bouffées de chaleur lors de la ménopause, ainsi que sur le cancer du sein et de la prostate. On les retrouve principalement dans les produits du soja non fermenté, les graines de lin, la coriandre, la sauge, les patates douces, l’artichaut, le gingembre, la moutarde, la roquette,  les asperges, les cuisses de grenouille.

Les acides aminés
L’arginine et l’ornithine sont des acides aminés que l’on retrouve dans le poisson, la viande, les produits laitiers, les fruits à coque (noix), le riz, le soja et le blé. Ils ont un rôle déterminant en tant que précurseur du monoxyde d’azote. Le taux de monoxyde d’azote augmente chez les personnes absorbant beaucoup d’arginine. Le monoxyde d’azote détend les parois vasculaires et améliore la circulation sanguine dans l’ensemble du corps, y compris dans les corps caverneux du pénis et du clitoris. L’arginine augmente donc le taux d’oxyde nitrique présent dans l’organisme, ce qui rend les artères plus élastiques. Ce phénomène peut faire baisser la tension artérielle, améliorer fonction érectile et plaisir féminin.
Une alimentation composé quotidiennement de ce type de nutriments va renforcer vos défenses immunitaires, éloigner les états dépressifs, le stress, rééquilibrer vos niveaux hormonaux, jouer sur la qualité de votre peau, de vos cheveux, de vos ongles. Et vous pourrez surtout libérer votre libido et améliorer vos performances sexuelles.

Les tue-l’amour
A éviter: les mauvaises graisses, « trans » et saturées, on en trouve dans les viandes rouges, les produits surgelés les biscuits industriels, les chips,. Nocives, elles s’opposent à la bonne santé cardio-vasculaire et sexuelle ; et interfèrent en plus avec les sécrétions hormonales (notamment celle de la testostérone, première hormone de la libido).

L’alcool : Chez les hommes, une consommation chronique conduit doucement vers des troubles de l’érection, voire à une vraie impuissance.

Recettes de cuisine et YOGA:
Certaines positions de yoga simples à réaliser par tous tonifieront la zone du périnée ce qui sera la garantie d’un meilleur rapport sexuel.

Posture 1 (hommes ou femmes) :
Genoux fléchis, pieds parallèles à largeur du bassin, on pose les mains sur les hanches. En inspirant, on cambre le dos et on bascule le bassin vers l’arrière. En expirant, on contracte bien les fessiers, on remonte le bassin vers l’avant en rentrant le ventre. À chaque mouvement, on contracte le périnée. 1 mn minimum.

Posture 2 (hommes ou femmes) :
Genoux fléchis comme si on était assis sur une chaise, on écarte les pieds à 10 h 10, on serre les fessiers et on rentre le ventre. On rapproche les mains façon prière. Le dos bien droit, on contracte le périnée et on respire profondément par le nez. Il faut tenir trente secondes au minimum. Trop facile ? On augmente jusqu’à une minute.

Posture 3:
Assis par terre, jambes allongées et dos bien droit, on bascule le dos vers l’arrière en le gardant bien plat on donne un angle de 30 degrés pour former un V de profil dès lors qu’on lève les pieds. Les bras sont parallèles au sol et visent les orteils. Le regard fixe un point. On tient la posture 1mn minimum ou plus en respirant calmement sans faire de bruit notamment à l’inspiration.

Posture 4  (Le héros nommée la pose virile spécialement pour les hommes):
Replier une jambe et ramener le talon sous la fesse opposée. L’autre jambe se plie aussi en passant au dessus. Le talon va aussi chercher la fesse. Les genoux sont désormais l’un au dessus de l’autre. Entrelacer les doigts sur le genoux du dessus et l’attirer prêt du corps en redressant la colonne vertébrale. Tenir minimum 1mn de chaque côté.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *